Le risque de l’originalité et de l’audace

gebe
Photo : Josée Houle
5 février 2020

Le risque de l’originalité et de l’audace

gebe
Photo : Josée Houle
5 février 2020

dave côté

Le risque de l’originalité et de l’audace

Rédaction : Étienne Bergeron
Photo : Josée Houle
Partager sur Facebook:

MONTRÉAL | FÉVRIER 2020

L’année 2019 s’est avérée un véritable tremplin pour l’écrivain de science‑fiction et de fantastique Dave Côté. Alors qu’il songeait à abandonner l’écriture à l’été 2018, la publication de son recueil de nouvelles Nés comme ça a tout changé. : ce livre lui a permis de recevoir rien de moins que les prestigieux prix Jacques‑Brossard et Aurora‑Boréal, en plus d’être finaliste au Prix intercollégial des Horizons imaginaires. Une somme de reconnaissances qui a donné un nouveau souffle à son écriture, en plus de lui ouvrir des portes qu’il entend bien franchir.

Dave Côté a fait ses premières armes en publiant des nouvelles dans les revues spécialisées Brins d’éternité (en 2009) et Solaris (en 2010). « Moi qui n’ai pas étudié la littérature à l’université, la publication en revue a été l’occasion de trouver une visibilité qui aurait été très difficile à obtenir autrement. » C’est pourquoi, bien qu’il entreprenne aussi à l’occasion l’écriture de romans, il revient souvent au genre de la nouvelle qui a contribué à faire sa marque. « Quand on me demande des conseils pour se lancer en écriture, c’est toujours la première chose que je dis : écrivez des nouvelles. En plus d’être plus faciles à publier, elles permettent d’apprendre plus vite : on commet souvent les mêmes erreurs dans nos romans et dans nos nouvelles, mais la nouvelle est plus facile à arranger. »

En 2012, il publiait son premier roman Noir Azur aux Éditions des Six Brumes. Une relation de confiance auteur-éditeur s’est alors établie, ce qui lui a ensuite permis de prendre part au collectif 6, Chalet des Brumes en 2014, puis de publier son plus récent recueil. « Ce sont les seuls qui ont accepté de prendre le risque de publier mes textes. Je crois que je ne cadre pas très bien dans les catégories habituelles. » Aujourd’hui, c’est justement l’étonnante originalité de ses idées qui est célébrée par les lecteurs et les critiques, en plus de sa grande maîtrise de la langue et de son habileté à rendre ses personnages vivants sur le papier ; comme quoi la rigueur et l’authenticité finissent toujours par être récompensées. « J’ai toujours adoré être surpris quand je lis. Être emmené ailleurs. Rien ne m’ennuie davantage qu’une histoire que j’ai l’impression d’avoir déjà lue. En littérature, il n’y a pas de limite, pas de contrainte budgétaire : ça ne coûte pas plus cher de raconter une histoire banale ou bien une qui serait truffée d’”effets spéciaux” ; c’est du gâchis de ne pas en profiter. Je n’ai pas de pardon pour le manque d’originalité. »

Fort de ce que la dernière année lui a apporté, il a plus que jamais l’intention d’entreprendre de nouveaux projets d’écriture. En parallèle de ses exigeantes études en psychologie, il travaille d’ailleurs sur un nouveau roman, deux projets qui ne sont certainement pas sans rapport. « Je conçois l’inspiration comme une grosse marmite dans laquelle on jette toute notre expérience personnelle, tout ce qu’on observe et tout ce qu’on nous raconte. Ces éléments sont alors décomposés et réarrangés pour donner de nouvelles idées originales. J’ai aussi des thématiques d’écriture qui me sont très chères. J’adore l’idée d’un intérieur métaphysique, du monde que cache chacun d’entre nous. Je suis fasciné par l’infini qui peut se déployer dans cet “intérieur” propre à chacun, si parfaitement unique. » Maintenant qu’il a trouvé un rythme d’écriture qui lui convient, il entend plus que jamais poursuivre sa carrière littéraire en suivant une cadence qui le satisfait ; une ambition qui nous apportera certainement d’autres textes audacieux dans les prochaines années.

Pour en savoir plus sur Dave Côté, rendez-vous sur le site des Six Brumes.

  

 

 

cool good eh love2 cute confused notgood numb disgusting fail