Le Mélange des sangs et des encres

gebe
Photo : Denis Gagné
25 novembre 2018

Le Mélange des sangs et des encres

gebe
Photo : Denis Gagné
25 novembre 2018

SIYO

Le Mélange des sangs et des encres

Rédaction : Étienne Bergeron
Photo : Denis Gagné
Partager sur Facebook:

CHARLESBOURG | DÉCEMBRE 2018

Monsieur Marcoux (Siyo) a commencé à s’intéresser à l’art du tatouage en 1996, puis a ouvert son propre studio à peine deux ans plus tard. Pendant les vingt années suivantes, il s’est composé une clientèle, a perfectionné sa technique et a remporté de nombreux prix dans sa discipline, et ce, au Québec aussi bien qu’aux États-Unis. S’il œuvre aujourd’hui en solo, à l’écart de la grande communauté des tatoueurs, ce n’est que pour mieux canaliser son énergie dans cette forme d’art qui l’occupe maintenant à temps plein.

Pour faire du tatouage, il faut posséder une excellente base en dessin au plomb, admet Marcoux, mais il est aussi utile de maîtriser d’autres médiums comme l’aquarelle, lequel a été un tremplin en ce qui a trait au maniement des couleurs, dans son cas. Par contre, le réel défi lorsqu’on débute, à son avis, est de se familiariser avec l’équipement spécifique à cette forme d’art, ainsi qu’à sa panoplie d’aiguilles et d’encres. S’il a lui-même d’abord cherché à se former en allant puiser de l’information et de l’expérience auprès de divers studios ainsi qu’en assistant à quelques séminaires, il s’est finalement tourné vers les livres pour peaufiner sa technique, particulièrement grâce aux enseignements du célèbre tatoueur David Fowler.

Bien qu’il affectionne tout particulièrement le style de dessin réaliste – en noir et gris ou en couleur – il affirme être reconnu avant tout pour la flexibilité de son art. Qu’on lui demande de reproduire des peintures, des pochettes d’albums de musique, ou simplement d’improviser sur un thème donné, il est à l’aise de travailler aussi bien dans un style traditionnel que new school, néo-traditionnel ou biomech. Pour lui, ce qui compte, c’est avant tout de « réaliser des vœux » et de satisfaire ses clients. La création d’un tatouage nécessite souvent de passer un certain temps en compagnie d’une personne pour bien cerner ses attentes. Ainsi, même s’il est conscient de vendre un service, il demeure soucieux que ses clients ne soient pas qu’un simple « canevas ». C’est pourquoi il affirme qu’« il n’y a rien de mieux que le mélange des sangs » pour devenir un bon tatoueur, c’est-à-dire le fait d’entretenir des relations humaines de qualité avec ses clients – ce qui permet notamment de se composer une clientèle stable et de favoriser le bouche-à-oreille –, mais aussi le fait de côtoyer différents tatoueurs tout au long de son parcours professionnel.

Ceci dit, après plus de vingt ans d’expérience, Siyo préfère travailler en solitaire. « À une certaine époque, j’ai eu un grand plaisir à participer à des conventions. C’est un milieu fantastique pour côtoyer des confrères de travail et nous pousser à monter la barre plus haut. Mais je crois que comme toutes formes d’art, après un certain temps et une fois qu’on a atteint une certaine notoriété, on s’en lasse. On préfère y aller en tant que touriste pour revoir nos vieux potes et regarder les plus jeunes lutter pour se tailler une place dans le milieu. » Car le réel défi en début de carrière, selon Marcoux, est bien de se constituer une clientèle fidèle – ce qu’il a réussi. Il s’agit de la première étape avant même de songer se partir en affaires. Profitant de sa notoriété, il s’est permis, il y a cinq ans, d’ouvrir un studio à même son domicile, s’épargnant par le fait même les aspects moins plaisants d’un studio ayant pignon sur rue : administration, gestion d’employés, dérangements continuels par des clients en quête d’informations, etc. Plus libre de son temps, il peut maintenant se permettre de refuser certains projets ou d’en déléguer d’autres, le tout dans le but de se consacrer entièrement aux projets qui le stimulent, tout en offrant un service plus intime à sa clientèle.

Pour en savoir plus sur le travail de Siyo ou pour prendre rendez-vous, visitez sa page Facebook.

SIGNÉES SIYO

image image image image
cool good eh love2 cute confused notgood numb disgusting fail