Le big bang d’un quatuor déjanté - L'ARTIS

Le big bang d’un quatuor déjanté

gebe
Photo : Marc Lepage
1 décembre 2018

Le big bang d’un quatuor déjanté

gebe
Photo : Marc Lepage
1 décembre 2018
©MarcLepage-labokracboomarticleL'ARTIS

LABOKRACBOOM

Le big bang d’un quatuor déjanté

Rédaction : Kim Bélisle
Photo : Marc Lepage
Partager sur Facebook:

SHERBROOKE | DÉCEMBRE 2018

Être au bon endroit, au bon moment. Le timing. Rien n’arrive pour rien. Toutes ces expressions prennent leur sens lorsque Bruno Gagnon me raconte la création de LaboKracBoom. Lui et son ami, Simon Durocher, avaient emménagé dans un loft. Un étage en dessous, un autre couple d’amis (Cyril et Élise) emménageaient dans un autre loft, sans savoir qu’ensemble, ils deviendraient un quatuor doté d’une créativité explosive.

Le bâtiment dans lequel ils vivaient était, en quelque sorte, un collectif d’artistes. C’est dans un lieu commun qu’ils se sont rencontrés. Bruno et Simon étaient des artistes de rue, tout comme Cyril, alors qu’Élise évoluait dans l’univers des arts corporels; de la danse. Plusieurs rencontres s’en sont suivies et deux mois de brainstorm plus tard, leur premier spectacle voyait le jour!

Au départ, c’était un spectacle pour les intimes, présenté dans la cour de leur immeuble. De fil en aiguille, ils ont présenté leur création, nommée « Les Chroniques du Laboratoire Unik », dans plusieurs festivals à l’été 2006. Ils l’ont présentée en formule « spectacle de rue » autour de 200 fois, partout à travers le monde. Leur univers fantasmagorique s’était tracé un chemin jusqu’au Mexique, au Brésil et en Europe! Un rêve pour ce quatuor rassemblé par un heureux hasard. Puis, afin que leur présentation puisse s’adapter aux salles, ils ont amélioré la formule pour qu’elle dure 60 minutes plutôt que les 30 minutes qu’elle occupait précédemment.

Ce spectacle est celui qui a été le commencement de tout; Le Big Bang de LaboKracBoom! Ce fut un donneur de reconnaissance immense puisque les quatre membres faisaient tout à l’intérieur de la compagnie en devenir : la comptabilité, le « booking » des spectacles, les costumes, la technique, etc.

« Les Chroniques du Laboratoire Unik » a remporté le prix de la meilleure création originale décerné par le Cirque du Soleil en 2011 et le prix Coup de Pouce de la TOHU en 2012 avant d’être présenté en tournée dans les salles de spectacles du Québec et du Canada.

En 2015, le quatuor obtient une place au Centre des Arts de la scène Jean-Besré comme compagnie résidente grâce au soutien de la Ville de Sherbrooke. Ce nouvel accomplissement leur offre une crédibilité supplémentaire qui leur permettra d’obtenir des subventions et de monter de nouveaux spectacles.

En travaillant à leur tempête d’idées, ils ont réalisé que la formule exclusivement basée sur le quatuor s’essoufflait, petit à petit. À force de discussions, ils ont choisi d’opérer une transformation qui changerait le visage de leur compagnie. Plus question de se limiter à leurs quatre talents. Ils ouvraient les portes de LaboKracBoom afin de donner un nouveau souffle créatif à leur art sorti d’imaginations déjantées et touchantes. Cet élan a donné naissance à deux projets bien distincts : Chute libre & Déplacer les idées.

La vidéo promotionnelle de Chute Libre annonce un spectacle fort de prouesses physiques incroyables prenant place à travers une scène de danse acrobatique. Chute libre est une création à laquelle prennent part cinq artistes, évoluant autour de la notion de prise de risque, du lâcher-prise et de la confiance absolue. Des déplacements visant à sortir des chemins battus. Il se veut un spectacle tout terrain avec une structure conçue pour exploiter différentes disciplines (danse contemporaine, arts du cirque et parkour) et déprogrammer la verticalité du corps. Chute Libre est une création portée par Simon Durocher-Gosselin et Élise Legrand, de la compagnie LaboKracBoom.

« Déplacer les idées », quant à lui, amène une touche magique et sincère dans notre univers urbain, parfois très gris. Le descriptif du personnage est évocateur : « Un géant poète au regard perçant du hibou déambule au milieu de la rue, aussi grand qu’une maison. Ses mots colorés réenchantent le monde qui l’entoure. Avec lui les idées se déplacent, les perspectives se chevauchent, les sens s’entrechoquent et les questions profondes habitant nos vies se font entendre en écho. » Inspirés par ce spectacle de rue, LaboKracBoom travaille actuellement sur un autre projet de spectacle jeune public avec marionnette géante, jonglerie et philosophie qui sera proposé dans les écoles du Québec, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick.

Suivez-les !

LABOKRACBOOM EN VIDÉOS

cool good eh love2 cute confused notgood numb disgusting fail