Jazz et signature

lvalet
Photo : Les Maximes
14 décembre 2017

Jazz et signature

lvalet
Photo : Les Maximes
14 décembre 2017

CATHERINE LEBLANC

Jazz et signature

Rédaction : A. A. Fréchette
Photo : Les Maximes
Graphisme : D. A. Lambert. Concept : L'ARTIS
Partager sur Facebook:

 

MONTRÉAL | AVRIL 2016

Comme plusieurs artistes de la relève, Catherine LeBlanc multiplie les projets et roule sa bosse au sein de maintes formations depuis des années. Si évoluer avec Oscillation nomade et The Black Coffees l’a poussée vers la maturité, l’album Some place else, issu du Catherine LeBlanc Quartet, constitue un premier opus en carrière pour l’auteure-compositrice-interprète.

Fait particulier, le parcours musical de Catherine débute par l’amour du verbe : « Petite, j’écrivais des romans et des poèmes, raconte-t-elle. À l’adolescence, j’ai compris que je pouvais en faire des chansons. Et puisque je jouais du saxophone… » Même si sa voix ne fait pas encore partie de l’équation, elle affectionne déjà le jazz, le swing et le blues. Au moment où elle se met à l’écriture, elle sent qu’elle doit aller jusqu’au bout en interprétant ses chansons, même si la gêne la tenaille, à cette époque.

En 2009, alors tout à fait déterminée, elle entame des études universitaires en chant. Elle veut passer aux choses sérieuses. Aujourd’hui âgée de 30 ans, diplômée et forte de plus d’une décennie d’expérience de la scène, elle se sent fin prête à proposer un premier album. Et le résultat a tout pour surprendre. « En jazz, on joue beaucoup de standards. Depuis des années, je me produis un peu partout et, peu importe qui sont les musiciens, nous partageons tous le même vocabulaire et avons un répertoire commun. Il s’agit d’un avantage, mais ce n’est pas ce que je désirais enregistrer », explique-t-elle.

Some place else

Pour son premier album, lancé en novembre, Catherine souhaitait proposer des créations plus personnelles, qui portent ses idées, son langage, sa signature. Some place else offre donc l’inédit, de la composition à la voix, mis en valeur par les musiciens Antoine Lemieux-Rinfret (piano), Claude Lavergne (batterie) et Alex Le Blanc (contrebasse). Le jazz qu’on y entend s’avère résolument moderne et délaisse quelque peu son swing caractéristique. Le texte s’y installe allègrement, ce qui n’est pas coutume dans le genre. « Il m’importait de parler des choix et du pouvoir que nous avons sur notre destinée. Les gens l’oublient facilement; c’est bon de se le rappeler », note Catherine au sujet des propos de ses textes. Elle ajoute que les titres des

10 pièces de l’album forment les paroles d’une chanson cachée qui décrit bien l’esprit général de Some place else.

Même si elle a emprunté des avenues peu fréquentées pour la composition de son premier opus, Catherine a su trouver un public chaleureux, charmé par l’ambiance particulière qui s’en dégage et qui permet de l’écouter partout et à tout moment.

La critique a aussi reconnu rapidement le talent de LeBlanc. L’artiste a notamment profité d’une vitrine de choix en étant l’invitée de Stanley Péan à l’émission radiophonique Quand le jazz est là, en novembre dernier. Le blogueur Hugo Lafleur (CHYZ 94,3) lui a également offert une mention dans un article intitulé 5 albums incontournables du jazz québécois en 2015.

Quelle place?

Hormis quelques chaînes spécialisées, le jazz demeure un genre peu diffusé dans l’espace public. Les bars et les lieux qui lui sont consacrés représentent donc des plateformes de choix pour les créateurs. « Par expérience, je crois que même ceux qui ne sont pas amateurs de jazz peuvent en apprécier la bonne musique. Dès qu’on y appose l’étiquette, ça sonne plus élitiste et intellectuel. Ça marginalise un peu le genre. Mais il y a un public. Il s’agit d’aller à sa rencontre », croit-elle.

Puisque Catherine évolue au sein de quatre formations, elle est bien placée pour le savoir. Toutefois, il n’y a pas que le jazz qui l’intéresse, et elle se promet bien de visiter d’autres genres. Déjà, elle pense à un album avec The Black Coffees, un groupe qui explore davantage le funk et le blues. Elle admet aussi travailler sur un projet plus électro.

Outre la musique, sa maîtrise vocale l’amène à effectuer de la narration, notamment pour des versions audio de livres pour enfants. Voilà une autre façon pour l’artiste de témoigner de son amour des mots.

Une visite au catherineleblancmusic.com permet de suivre toutes ses activités. Elle diffuse aussi les actualités la concernant sur sa page Facebook Catherine LeBlanc. Son album est en vente sur Bandcamp et sur CD Baby.

cool good eh love2 cute confused notgood numb disgusting fail