Capteur de moments - L'ARTIS

Capteur de moments

gebe
Photo : Les Maximes
20 mai 2019

Capteur de moments

gebe
Photo : Les Maximes
20 mai 2019

ZACHARY TAYLOR

Capteur de moments

Rédaction : C. Fortier
Photo : Les Maximes
Partager sur Facebook:

DRUMMONDVILLE | JUIN 2019

C’est à 16 ans que Zachary Taylor a acheté sa première caméra et est tombé en amour avec la photographie et la vidéo. Dès ce moment, il savait ce qu’il ferait du reste de sa vie.

«Je suis parti à 100 km/h dans cette direction et je n’ai jamais changé de cap depuis. Je savais que c’était ce que je voulais faire comme carrière. Je n’étais pas du genre à répéter les mêmes choses chaque jour. L’aspect de travailler pour soi sur une variété de projets de semaine en semaine, c’est quelque chose qui me passionne et me motive», raconte le photographe/vidéaste originaire de Drummondville.

Après trois sessions en arts et lettre au Cégep, il est parti en Oklahoma pour suivre un stage d’un an en production vidéo. À son retour, il a commencé à recevoir des offres pour des séances photo et de la réalisation de vidéos. Petit à petit, le bouche-à-oreille a fait son œuvre et il a obtenu de plus en plus de contrats.

«Je me spécialise en photographie de portraits. Je fais aussi de la vidéo pour de la publicité ou de la promotion. J’évolue principalement dans les domaines de l’éditorial et du commercial. Par exemple, j’ai obtenu des contrats avec les équipes sportives du Cégep de Drummond, ainsi qu’avec la Ville de Drummondville et sans oublier, les Voltigeurs de Drummondville de la LHJMQ», explique Zachary.

Créativité et rencontres humaines

Ce qu’il adore plus particulièrement de son métier, c’est le fait de créer quelque chose de nouveau, utiliser son imagination, ainsi que la connexion avec les gens . «J’aime simplement l’opportunité de rencontre de nouvelles personnes, jaser avec elles, établir des liens avec des gens que je n’aurais pas rencontrés avant et immortaliser ces moments», dit-il.

Zachary admet avoir du mal à décrire son style, mais la définition qui s’en approche le plus selon lui est le clair-obscur. «Ce qui m’inspire le plus, ce sont les films noirs et les peintures baroques. J’aime que ce soit mystérieux et différent de la norme.»

Entrepreneur autodidacte

L’artiste travaille majoritairement seul, sauf quand certains contrats plus étoffés nécessitent de l’aide. À son compte depuis septembre 2016 avec Zachary Taylor Visuels, il a aussi dû apprendre assez rapidement à gérer sa propre entreprise.

«C’était beaucoup à apprivoiser au début parce que je n’ai pas fait de cours de gestion de commerce. J’ai énormément lu sur le sujet et quand je fais des retouches, parfois, j’écoute des podcasts pour en apprendre davantage sur les affaires. Il faut que tu sois motivé parce que ce n’est pas toujours évident, mais j’aime ce que je fais.»

Présentement, il utilise une caméra hybride, soit la Sony A7III. «Elle est bonne pour faire de tout, de la photo comme la vidéo. Pour les plus gros projets, je loue habituellement une caméra de cinéma, mais pour les plus petits, c’est celle que j’utilise. J’ai travaillé de longues années avec une Canon 60D un kit de flashs de base. C’est certain qu’avoir de l’équipement plus dispendieux et professionnel te rend la vie plus facile, mais au bout du compte, ce n’est pas ça qui importe. Quand tu sais comment travailler avec ton matériel, tu es en mesure de capter les plus belles images.»

VOUS POURRIEZ AIMER…

4 au 30 JUIN | Exposition Zachary Taylor

signées taylor

image image image image
cool good eh love2 cute confused notgood numb disgusting fail