Abolir les frontières grâce à la musique - L'ARTIS

Abolir les frontières grâce à la musique

gebe
Photo : Martin Savoie
29 novembre 2018

Abolir les frontières grâce à la musique

gebe
Photo : Martin Savoie
29 novembre 2018

MARIE-CLO

Abolir les frontières grâce à la musique

Rédaction : Étienne Bergeron
Photo : Martin Savoie
Partager sur Facebook:

OTTAWA | DÉCEMBRE 2018

Marie-Claude Sarault (Marie-Clo) travaille dans le domaine des arts depuis une dizaine d’années. Formée en théâtre et en comédie musicale, elle danse aussi depuis l’âge de trois ans. Pour cette auteure-compositrice-interprète, la musique se vit donc d’abord à travers le corps, lequel s’avère un vecteur d’authenticité dès qu’elle monte sur scène. Ceci dit, bien que son art ait quelque chose d’instinctif, elle assure que son succès récent n’a rien d’un coup de chance. C’est à force d’éducation, de pratique, d’échecs et de travail ardu qu’elle s’est rendue là où elle est, lui offrant par le fait même une plateforme qu’elle entend bien utiliser pour aider sa communauté.

Franco-ontarienne de naissance, elle préfère dire qu’elle est simplement francophone. « Les frontières entre Canadiens français ne sont pas positives, selon moi. Je mise énormément sur l’inclusion entre francophones [de toutes origines]. » Engagée socialement, elle s’est aussi exprimée à plusieurs reprises par rapport à la place des femmes dans l’industrie de la musique, et a critiqué le sexisme qui sévit dans notre société de manière générale. À ce titre, elle a aussi une utilisation des réseaux sociaux qui témoigne de son intérêt pour diverses causes. « Je crois sincèrement qu’on peut faire une différence [en tant qu’artistes]. On a un énorme rôle. Surtout ceux avec un grand following sur les médias sociaux. On moule l’opinion des gens qui nous observent, par moment. [C’est pourquoi] il est important pour moi de dénoncer ce qui ne va pas. C’est une très grande responsabilité, que je ne prends pas à la légère. »

Dans son cas, sa visibilité a certainement monté en flèche depuis deux ans, soit depuis qu’elle a partagé sa première composition originale à la compétition La Brunante en mai 2016. Depuis, les marques de reconnaissance se sont enchaînées : elle a été lauréate du concours pancanadien Planète BRBR (la franchise de musique émergente de TFO) et a joué à la Franco-Fête de Toronto en 2017 ; elle a participé au Festival International de la chanson de Granby et au Festival en chanson de Petite-Vallée en 2018 ; TFO a produit le clip de sa chanson « Taudis » (où son talent en danse est mis de l’avant) ; Aero Truffle a acheté sa chanson « Sablier » pour une publicité (dans laquelle elle figure), etc.

Son premier EP, Faune (disponible sur iTunes et Spotify), est sorti il y a déjà un an. Ses chansons, aux tonalités pops-alternatives-électros, valsent entre le rêve et le terre-à-terre du quotidien, entre la liberté salvatrice du voyage et la dénonciation des limites qu’on s’impose lorsqu’on est en société. Un album qui a pris du temps à naître, mais dont on sent toute la cohérence et la maîtrise dès la première écoute, et ce, aussi bien sur le plan de la poésie que de la musique. « Les paroles viennent après les mélodies », précise-t-elle, « je les laisse venir très organiquement. […] Parfois, l’inspiration frappe à 3h du matin, et je cours chercher mon cellulaire pour enregistrer mon idée. Parfois, […] je n’arrive pas à sortir de mon sommeil, et cette idée est perdue à jamais. C’est l’horreur. Parfois, elle frappe en pleine journée, et je dois me cacher dans une toilette publique pendant un café avec un ami pour l’enregistrer. C’est pas très glam. Mais, parfois, ça arrive dans des moments planifiés en nature dans la cabane de bois chez mes parents sur le bord de l’eau, et c’est magique. » En fait, les périodes d’écriture représentent une période plus solitaire pour cette artiste pluridisciplinaire, un moment précieux où elle peut se permettre de vivre le moment présent et de réfléchir au monde qui l’entoure, et ce, tout en récupérant de la fatigue accumulée pendant ses tournées de spectacles.

En ce moment, Marie-Clo prend justement un temps d’arrêt pour se concentrer sur la création de son deuxième album, qui rassemblera cette fois ses compositions en anglais. « Je vis vraiment mon art au jour le jour. Bien sûr, il y a des projets qu’on écrit dans son calendrier un an à l’avance ; quand un booker t’appelle et te dit qu’il te veut l’an prochain à cette date, tu le notes. Par contre, en général, j’essaie vraiment d’apprécier tout ce que je vis en continuant de travailler fort. » Aussi bien dans la manière dont elle gère sa vie personnelle, sa carrière ou les divers domaines artistiques qu’elle pratique en parallèle, son mot d’ordre demeure de trouver l’équilibre : « [C’est] quand je suis heureuse psychologiquement, physiquement et spirituellement [que] j’arrive à bien créer. »

Pour en savoir plus, visitez sa page Facebook.

MARIE-CLO EN VIDÉOS

cool good eh love2 cute confused notgood numb disgusting fail